La plupart des opérateurs postaux opèrent depuis le début dans leurs pays respectifs ; Ils ont toujours été l’épine dorsale des gouvernements, citoyens, entreprises et du développement et de l’évolution générale du pays, et depuis des décennies ,offrent l’un des services les plus fondamentaux pour tous leurs clients : la communication.

Aperçu de la situation

A partir du moment où leurs gouvernements les désignent, ils font partie de l’Union postale universelle des Nations Unies, acquérant des obligations et des engagements auxquels aucune autre organisation de leur pays n’est soumise telles que la portée universelle – fournir des messages et des services à toutes les personnes dans le pays, quelle que soit leur localisation -, la disponibilité des services – afin que tout le monde puisse avoir accès aux services – et bien d’autres obligations, garantissant, par exemple, l’inclusion sociale et financière de tous les citoyens, des services financiers pour ceux qui n’ont pas de compte bancaire et de nombreux autres services.

Il va sans dire que de nombreux opérateurs postaux sont actuellement confrontés à certaines difficultés, malgré leur envergure nationale, des services universels, des services abordables, etc. Les nouvelles technologies et la numérisation ont tendance à dépasser les opérateurs postaux :

  • Réduction extrême des envois de courriers, messages et documents papier, remplacés par des communications numériques (email, SMS, Web, messagerie instantanée…), où les services postaux semblent inutiles.
  • Augmentation significative de la livraison de colis en raison de l’essor des achats en ligne, ce qui représente une excellente concurrence du secteur de la messagerie privée avec une large présence mondiale et sans obligation de portée universelle ou d’inclusion sociale.
  • L’augmentation des transactions d’argent mobile, menée par les opérateurs de télécommunications (même pas par les banques), entraîne des difficultés supplémentaires pour le secteur postal dans ses objectifs d’inclusion financière à travers ses services bancaires postaux.
  • Difficultés à financer les infrastructures nécessaires pour faire face à leurs obligations, puisque la plupart des services postaux appartiennent au secteur public, ce qui limite leur capacité à trouver des financements sur les marchés habituels.
  • Les coûts de livraison du « dernier kilomètre » sont difficiles à réduire face à la concurrence privée : salariés, flottes de véhicules, maintenance…

Mais il y a des faits que l’on a souvent tendance à oublier, notamment en matière de numérisation.

Sans aucun doute, il est facile d’envoyer un email au lieu d’une lettre ou d’un document papier.

Il est également évident qu’il est facile d’ouvrir un compte d’argent mobile auprès d’un opérateur de télécommunications.

Sans aucun doute, il est facile de numériser des processus et des documents.

Et évidemment, il est facile de rester compétitif sans de véritables obligations d’inclusion financière et sociale, où les messagers privés pourraient ne pas desservir une ville ou une région simplement parce que ce n’est pas rentable.

Panorama de la numérisation ; valeur probante et recevabilité

Nous oublions souvent que lorsque nous envoyons des messages ou des documents par courrier électronique normal, il n’y a aucune preuve recevable de livraison délivrée par un tiers de confiance. Nous oublions souvent que lorsque nous ouvrons un compte d’argent mobile auprès d’un opérateur de télécommunications, nous obtenons les services et les garanties d’un opérateur de télécommunications, pas ceux d’une banque ou d’un gouvernement, et nous n’obtiendrons pas facilement tous les services financiers dont nous pourrions avoir besoin (ou obtenir des microcrédits, par exemple, avec des intérêts abusifs de plus de 30%).

On oublie souvent que du point de vue juridique « ce qui ne peut être prouvé… n’est jamais arrivé ».

Nous oublions souvent qu’un enregistrement est un enregistrement et qu’un email est un email, pas une communication en face à face. Et à ce titre, cet enregistrement ou ce courrier électronique a la même valeur que la déclaration de l’une des parties, mais jamais la valeur probante recevable d’un courriel certifié, par exemple.

Nous considérons souvent qu’une signature numérique est une preuve suffisante, mais la réalité est bien différente ; Nous ne parlons pas de signatures de documents, mais de livraison de messages et de documents, signés ou non.

Un message ou un document peut être signé ou non signé, mais s’il n’y a aucune preuve de sa livraison, le message ou le document n’a jamais été légalement délivré et peut son effet peut ne pas exister. Même s’il est signé numériquement.

Dans le monde du papier, par exemple, une amende de circulation ne peut être signé par personne. Mais elle aura un effet juridique car elle est délivrée par le service de courrier certifié de l’opérateur postal ; l’opérateur postal témoignera et certifiera que l’amende de circulation a été délivrée à une date et une heure spécifiques.

Un chèque sur un compte bancaire ne peut être signé par personne, mais il a un effet commercial et juridique lorsqu’il est délivré par le service de courrier recommandé -certifié- de l’opérateur postal.

Les décisions judiciaires sont généralement remises ou envoyées par courrier recommandé à toutes les parties intéressées et ne sont jamais délivrées par courrier ordinaire non certifié.

Alors… Pourquoi pensons-nous que l’envoi d’un email ou d’un SMS ou d’autres messages normaux et non certifiés est suffisamment valable et peut être utilisé comme preuve recevable ? Pourquoi avons-nous tendance à considérer qu’en conservant une copie de l’email que nous envoyons (que nous pouvons bien entendu manipuler et modifier), nous avons toute preuve admissible de l’email que nous envoyons, et nous comprenons que l’email a également été reçu ?

Que se passe-t-il si un jour nous envoyons un email normal et que le destinataire nie simplement l’avoir reçu ? Que se passe-t-il si ce courriel contient un avis de découvert bancaire, une contravention, une ordonnance du tribunal ou un contrat signé, et que le destinataire continue de refuser la réception ?

Exigences d’infrastructure pour la numérisation et comment la mener dans un environnement difficile

D’autre part, lorsqu’on parle de numérisation, on suppose des exigences minimales imposées aux personnes : ordinateurs portables, Smartphones, Internet mobile, virtualisation des fonctions réseau, Blockchain, intelligence artificielle.

Mais la réalité est qu’en faisant de l’inclusion une priorité, on ne peut pas compter sur ces technologies. Dans certaines parties du monde, la pénétration de l’accès Internet est encore inférieure à 15 % de la population, seuls les SMS vocaux et mobiles dépassant les 80 %.  De nombreuses zones rurales ne peuvent même pas rêver d’Internet mobile. Parfois à cause du prix abusif des smartphones et de la couverture internet. Et les prix de l’Internet mobile, s’il y a une couverture, peuvent obliger à choisir entre manger ou envoyer des messages via WhatsApp.

Mais les opérateurs postaux ont toujours leurs obligations de portée universelle et d’abordabilité. Et l’inclusion est une priorité absolue.

Nous pensons que l’infrastructure ne doit pas être une excuse et que, entre les mains des opérateurs postaux, l’infrastructure d’aujourd’hui peut assurer la numérisation, la portée universelle et l’inclusion.

Certains faits montrent que les services peuvent être adaptés à la technologie et aux infrastructures existantes pour la population plutôt que d’attendre la disponibilité des infrastructures ; De nombreux résultats de recherches de la Banque mondiale montrent des faits incontestables : la pénétration de la téléphonie mobile et de l’Internet mobile a un impact direct et exponentiel sur le développement social et économique des pays.

Alors, certaines régions du monde sont-elles condamnées à ne pas évoluer tant que certaines infrastructures ne sont pas disponibles en fonction des besoins technologiques ? La vie des gens est-elle entre les mains des entreprises technologiques et non de leurs gouvernements ?

Si nous examinons attentivement le cas de l’argent mobile dans le monde, nous pourrions être surpris de voir certains détails, tels que :

  • Avec probablement le taux de pénétration de l’Internet mobile le plus bas, l’Afrique est en tête des activités et des transactions d’argent mobile, avec environ 50 % de la part mondiale.
  • Certaines initiatives d’argent mobile abandonnées (en raison d’un manque d’acceptation) en Europe sont les plus réussies au niveau mondial lorsqu’elles sont appliquées en Afrique.
  • Dans certains pays africains, plus de 90 % des individus (familles) ont un compte d’argent mobile, tandis que moins de 7 % ont un compte bancaire.
  • Le plus surprenant : l’argent mobile est florissant, surtout dans un environnement sans smartphones, sans Internet mobile (même pas 3G). Il n’y a pas d’abonnements ou de contrats mobiles postpayés.

Pourquoi est-ce arrivé ? Principalement en raison d’un fort besoin du marché et de l’adaptation des services aux technologies existantes, disponibles et répandues, telles que le GSM et l’USSD.

Bien entendu, des services d’argent mobile plus avancés peuvent être proposés lors de l’utilisation de smartphones et d’Internet mobile. Mais le phénomène de l’argent mobile en Afrique est aujourd’hui l’un des tests les plus réussis d’inclusion et de portée universelle (ou presque).

Prochaines étapes vers la numérisation et l’infrastructure ; la contribution de l’opérateur postal

Étonnamment, les gens peuvent payer l’électricité à partir de leur téléphone portable (encore une fois : pas besoin de smartphone ou d’Internet), payer leur télévision par câble ou transférer de l’argent à un parent dans un autre pays. Ils peuvent même obtenir un microcrédit pour payer leurs factures. Mais ils ne peuvent obtenir de réponse à leur demande de subvention ou aux déclarations de la commune, ni accepter et approuver tout ce que leur gouvernement exige d’eux, ni postuler pour l’école de leurs enfants ou accepter une offre d’emploi en utilisant leurs téléphones portables ou comptes de messagerie électronique, devant souvent parcourir de longues distances, en personne, pour récupérer un document papier et signer un reçu.

Les objectifs de développement durable de tous les gouvernements comprennent des plans et programmes de numérisation amples. La plupart d’entre eux espèrent se doter de meilleures infrastructures de télécommunications en charge des télécoms ou déployer des technologies de pointe comme principal déclencheur de leurs plans de numérisation. Ou ils prévoient de numériser les services du secteur public sans inclure les citoyens dans ces efforts de numérisation, ce qui pourrait signifier un succès très limité à court terme.

Il serait d’une utilité minimale, par exemple, de numériser tous les tribunaux et le système judiciaire sans planifier de manière adéquate la manière dont les citoyens accéderont aux nouveaux services judiciaires numérisés ; une bonne amélioration pour les Tribunaux… une amélioration limitée pour les citoyens.

Et souvent on budgétise des investissements extrêmement importants dans des applications, des systèmes et d’autres composants de numérisation dans un avenir proche.

Certains de ces gouvernements n’ont pas réalisé qu’ils disposaient déjà de l’atout et de l’infrastructure le plus important nécessaire pour cette numérisation et pour la réalisation des ODD : leur opérateur postal.

Qui mieux que La Poste pour mettre en place un système universel d’adresses numériques dans un pays ? Ils l’ont fait pendant des décennies dans un environnement beaucoup plus complexe : rues, routes, villages, villes, champs, zones rurales lointaines, boîtes postales…

Qui de mieux pour livrer numériquement, avec garanties et témoins, avec une preuve de livraison recevable, tout document, message ou lettre, littéralement n’importe où dans le pays ? Depuis des décennies, ils le font dans un environnement beaucoup plus difficile et coûteux (livraisons physiques sur papier).

Qui de mieux pour avoir une présence généralisée dans le pays, pour aider les analphabètes numériques et continuer à proposer le courrier hybride inversé, en acceptant les envois numériques des expéditeurs et en les livrant physiquement aux destinataires qui pourraient encore, pour de nombreuses raisons, en avoir besoin ?

Qui mieux qu’eux pour proposer des boîtes postales numériques, où les abonnés peuvent recevoir tous leurs envois numériques, même entièrement recommandés et certifiés, quelle que soit la provenance de ces envois numériques ?

Qui mieux qu’eux pour être le témoin national garanti et le fournisseur de services de livraison électronique enregistré, légalement admissible tel que mandaté par les Nations Unies par le biais de l’Union postale universelle ?

Passé, présent et futur de la contribution des opérateurs postaux aux ODD et à l’inclusion.

Les opérateurs postaux ont toujours été la clé du développement de chaque pays. Avant même qu’il n’y existe un objectif de développement durable. Si nous ne l’oublions pas, nous aurons immédiatement la réponse à de nombreuses questions sur l’avenir d’un pays.

Il y a des décennies, les services postaux ont été créés à partir de zéro : aucune expérience, aucune infrastructure, aucune connaissance, rien. Et nous ne pouvons comprendre aucun de nos pays aujourd’hui sans comprendre la contribution des services postaux.

Les gens récupéraient leurs colis et leurs lettres en utilisant la banque postale même lorsqu’aucune autre banque privée ne voulait traiter avec eux. Les personnes qui votent dans un bureau de poste. Les personnes qui perçoivent leur salaire ou leur pension à la Poste. Des personnes qui envoient des documents gouvernementaux, qui perçoivent une subvention, qui remplissent des dossiers scolaires, qui envoient de l’argent à leurs proches à l’autre bout du pays ou du monde. Les personnes qui enregistrent leurs nouveau-nés à la poste. Tout cela et bien plus encore pour tous les habitants du pays.

Sommes-nous prêts à oublier ? Sommes-nous prêts à dépendre d’entités totalement privées pour ces services à l’avenir, sans le choix, totalement dépendant de la rentabilité des entreprises privées ? Les gouvernements sont-ils prêts à renoncer à ces services, responsabilités, contributions et l’universalité des services ?

Bien entendu, la coopération entre les secteurs public et privé est nécessaire, comme cela a toujours été le cas. Bien entendu, la libre concurrence et la liberté de choix du prestataire de services doivent continuer d’exister. Mais certains services minimaux doivent être accordés, avec certaines garanties minimales, par un service public.

De nombreux gouvernements sont vraiment attachés à l’excellence des services gouvernementaux : la numérisation via leurs opérateurs postaux désignés représente une opportunité unique de se démarquer et d’assurer l’universalité et l’inclusivité.

Cela signifie, par exemple, qu’une entreprise prospère peut utiliser les services des opérateurs postaux, mais que la personne la plus pauvre du pays y a également accès.

Cela signifie aussi que certaines personnes pourront utiliser leurs coûteux smartphones pour obtenir un découvert sur leur compte bancaire, délivré et attesté par l’opérateur postal, tandis que quelqu’un dans une zone rurale reculée recevra un service similaire via un message SMS certifié, pour recevoir notification d’approbation de sa subvention agricole.

Cela signifie qu’un tribunal de la capitale délivrera un document de résolution numérique qui sera imprimé et remis à quelqu’un dans un village reculé à 1 000 km, car le destinataire n’a même pas de téléphone portable.

Cela signifie une numérisation universelle par l’entreprise la plus expérimentée de chaque pays. Inclusion, que personne ne soit laissé pour compte en raison de la rentabilité financière ou de l’insuffisance des infrastructures ; une technologie, un partenariat et un modèle économique appropriés, ainsi que des objectifs de rentabilité non financière (inclusion sociale, inclusion financière, portée universelle, accessibilité des services…), le permettent dès maintenant.

Services postaux numériques de Lleida.net

Chez Lleida.net, nous nous sommes spécialisés dans la livraison électronique certifiée (recommandée), qui est le cœur de notre activité. Accrédités et qualifiés dans de nombreux pays et juridictions, y compris les plus strictes, et avec plus de 200 brevets délivrés dans le monde entier dans plus de 70 pays, nous sommes fiers d’être le leader incontesté des services de livraison électronique certifiés.

Nos méthodologies brevetées sont les moins intrusives, sans exigences de hardware, software ou complémentaires à l’envoi ou à la réception, pas besoin de CAPEX, un modèle commercial de coût par transaction pur.

Il présente de nombreuses similitudes avec le fonctionnement commercial normal de tout opérateur postal et est conforme à la plupart des réglementations mondiales en matière de preuves électroniques (appelées Secure Electronic Records dans certaines parties du monde), basées sur l’UNICITRAL des Nations Unies.

Les opérateurs postaux qui développent ces services obtiendront leurs propres services de marque, des bons de livraison signés numériquement avec un horodatage, sans avoir besoin d’enregistrer leurs clients sur Lleida.net. Il n’est pas nécessaire d’enregistrer tous les destinataires potentiels de messages électroniques certifiés, de même qu’il n’est pas nécessaire d’enregistrer ou d’inclure les destinataires d’un courrier certifié sur papier. Il n’est pas nécessaire pour vos clients (généralement les expéditeurs) ou les clients de vos clients (les destinataires) d’installer un logiciel ou d’utiliser un logiciel ou des applications spécifiques ou des « plug-ins ». Il n’est pas nécessaire d’utiliser un système de messagerie spécifique (les expéditeurs et les destinataires peuvent utiliser, par exemple, leur système de messagerie habituel Hotmail, Yahoo, Gmail, Outlook ou tout autre pour envoyer ou recevoir des messages électroniques certifiés). Tout appareil compatible avec SMS peut recevoir des messages SMS certifiés (jusqu’à des milliers de caractères par message).

Les opérateurs postaux peuvent délivrer des messages électroniques certifiés en masse (pour les communes, les administrations publiques, les banques…) et fournir des justificatifs de livraison et de collecte/téléchargement de documents. Des milliers ou des millions de messages certifiés sont livrés en quelques minutes, avec une preuve de livraison complète et recevable pour les expéditeurs et les destinataires.

La preuve de livraison est stockée en toute sécurité dans des installations, des systèmes et des procédures audités par ISO 27001, pendant 15 ans. Services entièrement gérés par l’opérateur postal et techniquement exploités par Lleida.net. Mis en œuvre et prêts à être commercialisés en quelques semaines.

L’expérience de Lleida.net dans le secteur postal

Lleida.net possède une vaste expérience dans tous les secteurs d’activité et dans toutes les zones géographiques ; Banques, compagnies d’assurances, gouvernements, agents de recouvrement, négoce de valeurs mobilières, cabinets d’avocats, sociétés énergétiques, opérateurs de télécommunications, sociétés de location de voitures, municipalités, émetteurs de cartes de crédit/débit, immobilier, commerce de détail et bien d’autres secteurs composent notre portefeuille de clients actuel.

Mais nous avons réalisé que nous pouvions augmenter notre portée en nous associant à des opérateurs postaux désignés pour mieux nous compléter.

Nous sommes tous les deux dans le domaine de la livraison. Nous pouvons offrir de tirer parti de notre expérience et de notre technologie dans le domaine que nous connaissons le mieux et mener des communications et des livraisons électroniques certifiées

Notre modèle d’entreprise peut considérablement aider les opérateurs postaux à reprendre le volant de l’évolution de leur pays – la révolution numérique du pays. La numérisation du pays.

Notre contribution est claire : nos plus de 200 brevets développés au cours des 25 dernières années. Nos technologies et plateformes. Notre expérience globale. Notre volonté de partager nos connaissances et notre expérience. Notre volonté de partager les succès et de prendre des risques ensemble.

Tous les différents segments que nous desservons actuellement peuvent également être desservis par des opérateurs postaux. Et nous apporterons tous les deux notre expérience, apprendrons et grandirons ensemble.

Personne n’est mieux placé pour numériser un pays grâce à des envois électroniques certifiés. La communication est essentielle pour la société, pour le gouvernement, pour les entreprises, pour les personnes… pour un pays. Sans une sécurité à 100% dans la communication, la numérisation pourrait échouer à un moment donné, tout comme ne pas avoir de services de notaire dans un pays pourrait rendre la vie beaucoup plus difficile. Deviner qu’un message ou un document a été envoyé, reçu, non modifié, accepté, approuvé, ou le moment des événements n’est pas une option. La numérisation est essentielle, mais elle nécessite une certitude à 100 % et une partie de confiance qui peut être témoin de ces communications électroniques et attester exactement de ce qui s’est passé.

Lleida.net tirera parti de la portée de l’opérateur postal pour rendre ses services encore plus omniprésents qu’ils ne le sont déjà.

Nous l’avons déjà fait pour certains pays comme la Colombie, les Emirats Arabes Unis, l’Afrique du Sud… En collaboration avec notre partenaire stratégique du secteur, nous avons récemment conclu eGate Egypt, un accord panafricain accessible à tous les opérateurs postaux africains, pour déployer immédiatement ces services postaux numériques. Au cours des deux derniers mois, de nombreux opérateurs postaux et gouvernements ont signé cet accord avec l’Union panafricaine des postes (www.digitalpost.africa).

Les opérateurs postaux comme infrastructure critique

Les opérateurs postaux sont partout les témoins naturels : neutres, indépendants, expérimentés et même mentionnés dans la plupart des réglementations des pays comme témoins de confiance. S’ils ont toujours été dans le monde du papier, il n’y a aucune raison de changer cela dans le monde numérique.

Les services postaux numériques réduisent également les litiges. Lorsque toutes les parties ont exactement les mêmes preuves, il ne sert à rien de plaider : la vie et les affaires deviennent beaucoup plus faciles.

Les services postaux numériques permettent d’économiser des coûts et du temps : un courrier papier certifié peut prendre des jours voire des semaines pour être livré (avec ou sans succès). Les services postaux numériques augmentent la capacité de livraison (vers les téléphones mobiles ou les comptes de messagerie) d’au moins 95 +%, réduisent le délai de livraison et la preuve de livraison à quelques minutes (avec toutes les réductions de coûts et le temps de traitement associés) et sont offerts à une fraction du prix du coût de la livraison physique.

Aucune société ou communauté ne peut se permettre d’entrer dans le monde numérique sans des garanties suffisantes. Non sans les mêmes niveaux de sécurité ou plus élevés qu’ils avaient avant la révolution numérique.

Et il n’y a, vraiment, aucune excuse : partout où il y a un compte de messagerie, un navigateur Web ou un appareil compatible avec SMS … il y a une possibilité de communication et de messages fiables et enregistrés.

Chaque fois qu’il y a un client, un citoyen ou une entreprise qui a besoin de sécurité dans la communication numérique, l’opérateur postal doit la fournir.

Il n’y a pas vraiment besoin de planifier, budgétiser, déployer et exploiter une technologie complexe. Avec le temps, certains viendront et d’autres échoueront et disparaîtront. Mais utiliser des technologies et des infrastructures simples et existantes, telles qu’elles sont aujourd’hui, dans un modèle sans investissement, est clairement un pari gagnant.

Un pari gagnant pour les personnes qui bénéficieront d’un accès universel à la numérisation et aux services numériques, quelles que soient la technologie et les ressources à leur disposition.

Un pari gagnant pour les entreprises et les gouvernements, qui verront leurs coûts et délais de livraison réduits avec une sécurité et une admissibilité totales à une fraction du coût actuel des livraisons physiques certifiées.

Un pari gagnant pour les opérateurs postaux qui, sans aucun investissement, initieront de nouveaux flux de revenus sans risque, et assumeront le rôle de témoin national qu’ils avaient autrefois, mettant en œuvre ces technologies dans tous leurs services : livraison de messages et de documents électroniques, services bancaires postaux, services bancaires postaux en ligne et mobiles, logistique, livraison électronique du dernier kilomètre.

Un pari gagnant pour les gouvernements, qui auront la contribution clé, sans aucun investissement, de l’un de leurs alliés, désormais, les plus importants contributeurs aux infrastructures critiques et aux objectifs de développement durable : leur opérateur postal désigné.

Les gouvernements faisaient confiance à leurs opérateurs postaux avant la première révolution industrielle et comptaient sur eux pour le développement initial de leurs pays. Quand il n’y avait personne d’autre, les opérateurs postaux faisaient ce travail. Lorsque personne d’autre n’a fourni un accès universel aux services financiers, ils ont contribué de manière significative au développement de leurs pays respectifs. Aucun opérateur postal n’est prêt et capable d’aider son pays à passer au niveau supérieur. Et continuer à le faire en tant que service public, en tant qu’organisation indépendante et neutre. Concentrés, comme toujours, sur le service à leur pays.

Manuel Gallo
Manuel Gallo

Chief Operations Officer, EMEA
Avec plus d’années d’expérience de ce que je voudrais admettre. Je vis dans le « nuage » et dans des entreprises de télécommunications, où j’ai découvert un jour que le monde est trop précieux pour mettre des barrières culturelles ou de tout autre type. Dès lors, chaque année je cumule les milles « grand voyageur » nécessaires pour faire l’aller-retour à la lune et comprendre le monde à travers les yeux d’autres personnes.