Lleida.net agregador

Déjà vu: Lleida.net, le premier agrégateur espagnol

Aujourd’hui j’ai eu un déjà vu et j’ai fait un retour aux sources… oui, Lleida.net est à nouveau le premier agrégateur 100% espagnol.

En 20013, Lleida.net a acquis sa première licence d’opérateur espagnol. Petit à petit, nous avons commencé à faire des interconnexions avec touts les opérateurs espagnols, une tâche lourde et longue, car nous n’étions pas connus et que nous n’avions pas d’utilisateurs mobiles. Personne ne comprenait: virtuels? Vous n’avez pas de SIM? Nous avons tracé le chemin, et comme notre PDG, Sisco, dit : « Le chemin se trace en marchant ». C’est ainsi que nous sommes devenus opérateur et hub : formule 2 en 1. Une fois cette infrastructure de réseau construite, nous avons commencé à avoir des clients et des relations avec des opérateurs internationaux, ainsi qu’avec les principaux hubs de chaque région pour l’envoi de messages courts de personne à personne (P2P). Nous ne transitons pas seulement notre transit, mais aussi celui d’utilisateurs partout dans le monde; des pays d’Amérique Latine, de Chine, d’Europe, etc

Plus tard, en 2008 environ, le boom des SMS A2P (Application à personne) a commencé. Si l’on nous demande en Espagne : « Avez-vous de SMS envoyés par des amis dans la boîte de réception de votre portable? » La plupart d’entre nous répondra NO, et la raison est que l’objectif du SMS a évolué au fil des années.

Lleida.net, en tirant profit de l’infrastructure internationale, a décidé également de devenir agrégateur, donc nous avons évolué vers la formule 3 en 1, et nous avons réussi à avoir le trafic de beaucoup d’entreprises, d’administrations publiques, banques, compagnies d’assurances, agrégateurs, etc. Nous étions le seul agrégateur espagnol. Au cours des ans, et considérant l’opportunité commerciale du SMS A2P, beaucoup d’entreprises ont décidé de joindre les mêmes eaux pour y naviguer. C’est à ce moment là que nous nous sommes tous trouvés, bateaux, canots, yachts et voiliers, et même quelques bateaux pirates, tous sur les mêmes eaux de vente de SMS.

Dans beaucoup de conférences et conventions l’on disait déjà que la mer était trop chargée de bateaux, et qu’il serait difficile de maintenir leur équilibre. Peu de temps après quelques bateaux ont coulé, mais la tendance générale est que les bateaux les plus grands absorbent les plus petits, laissant un scénario plus stable.

Beatriz García
Directrice générale d’interconnexion

Ingénieur supérieur de télécommunications de l’Universitat Politècnica de Catalunya. Elle a réalisé son PFE sur « Information and Communication Theory Group » à l’Université Technologique de Delft (Pays-Bas).

Laisser un commentaire