Stamphoto y el Camino de Santiago

Pèlerins avec Stamphoto

 

Stamphoto et le Chemin de Saint-Jacques

Depuis que les pèlerins faisaient le Chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle habillés d’un chapeau noir, d’une pèlerine, d’un manteau, de sandales et d’une gibecière, de l’eau a coulé sous les ponts, surtout en Galicie. Il n’y a que le symbole de la coquille Saint-Jacques qui a survécu. Des K-way, des coupe-vents, des sac à dos ergonomiques, des chaussures de randonnée Gore Tex, des GPS et des smartphones font partie de l’équipement du pèlerin 2.0.
Pour quoi ne pas incorporer aussi Stamphoto?

Il existe beaucoup d’exemples d’applications, services, inventions…qui ont été crées avec une fin différente de l’utilisation qui leur a rendu célèbres. Les plus connus sont, sûrement, Facebook (qui a débuté en tant que site pour que les universitaires draguent et qui est actuellement le réseau avec le plus d’utilisateurs), ou Twitter (qui était conçu comme un service de communication interne de l’entreprise qui l’a crée).

Démontrez où vous êtes allé, avec Stamphoto

Donc, pour quoi ne pas utiliser Stamphoto comme une accréditation 2.0?
La recherche de tampons différents pour remplir le carnet du pèlerin est devenue une espèce de spinoff parallèle aux tampons nécessaires pour certifier les 100km de marche et ainsi obtenir la Compostelana. Mais ces tampons n’incluent ni ‘heure, ni la localisation GPS, ni sont accompagnés d’une jolie photo.

Stamphoto était l’une des applications que j’avais sur mon portable quand j’ai décidé de faire le Chemin Primitif. Et tous les jours, dès que j’arrivais à l’auberge, je certifiais mon séjour de manière simple et sûre. Je vous laisse quelques certifiés générés pendant les 12 étapes de pèlerinage.

Vous verrez qu’il n’y a pas de certificat pour Saint-Jacques-de-Compostelle. Peut-être je ne suis pas arrivé. Ou peut-être oui.

San Juan de Villapañada · Castroverde · Ponte Ferreira · Rivadiso

Eduard Salla
Directeur du développement commercial

Ingénieur informaticien d’après sa formation, concepteur d’après sa vocation, il a trouvé l’équilibre dans le développement Web. Il aime s’enfuir du monde en voyageant, en lisant ou en dormant. Lors qu’il peut, il fait de la photographie.

Laisser un commentaire